SHEMEKIA COPELAND

Ecrit par Marc Lipkin

Shemekia Copeland, chanteuse primée de blues, de soul et d’Americana, possède l’une des voix les plus immédiatement reconnaissables et les plus profondément mélodieuses de notre époque. Elle est appréciée dans le monde entier pour l’intrépidité, l’honnêteté et l’humour de sa musique révélatrice, ainsi que pour la passion inégalée avec laquelle elle interprète chaque chanson. Copeland – lauréate du Blues Music Award 2021 pour B.B. King Entertainer Of The Year – se connecte avec son public à un niveau intensément personnel, l’emmenant avec elle dans ce que le Wall Street Journal appelle « une chevauchée conséquente » d’un « blues audacieux et opportun ». NPR Music dit que Shemekia chante avec « un défi percutant et une conviction puissante ». Le Houston Chronicle décrit ses chansons comme des « plaidoyers résilients pour des lendemains plus cléments ».

Sur son nouvel album Alligator, Done Come Too Far, Shemekia Copeland poursuit l’histoire qu’elle a commencé à raconter sur America’s Child en 2018 et Uncivil War en 2020, nominé aux Grammy Awards, reflétant sa vision du passé, du présent et de l’avenir de l’Amérique. Sur Done Come Too Far, elle livre ses vérités musicales percutantes à travers ses yeux, ceux d’une jeune femme noire américaine, d’une mère et d’une épouse. Mais elle aime aussi s’amuser, et sa musique le reflète, mettant parfois son sens de l’humour au premier plan. « Cet album a été conçu à partir de toutes les facettes de ma personnalité – heureuse, triste, idiote, en colère – qui font toutes partie de ce que je suis et de ce que nous sommes tous. Je ne suis pas politique. Je parle simplement de ce qui se passe dans ce pays ».

Et elle ne se retient pas. Enregistré à Nashville et produit par le multi-instrumentiste et compositeur Will Kimbrough (qui a également produit ses deux précédents albums), Done Come Too Far est une Copeland au sommet de son charisme, de sa passion et de sa confrontation. Avec un objectif singulier et une puissance frémissante, Copeland libère les titres brûlants et chargés d’histoire Too Far To Be Gone (avec Sonny Landreth à la guitare slide brûlante) et Done Come Too Far (avec Cedric Burnside, lauréat d’un Grammy, en duo et jouant de la guitare blues Mississippi Hill Country). « Si vous pensez que nous nous arrêtons », chante-t-elle dans ces deux chansons, « vous vous trompez ». Sur The Talk, Copeland partage la réalité brutalement honnête et déchirante d’une mère noire parlant à son fils de sa survie lors d’une altercation avec la police (avec le grand Charles Hodges de la célèbre Hi Rhythm Section à l’orgue B-3). Sur le très intemporel Pink Turns To Red (écrit et enregistré avant la fusillade de mai 2022 dans une école d’Uvalde, au Texas), Copeland dénonce l’épidémie de violence armée qui sévit en Amérique. 

Les temps meilleurs et les jours plus lumineux de Done Come Too Far sont tout aussi présents dans l’amusant et marécageux Fried Catfish And Bibles et dans Fell In Love With A Honky, un morceau semi-autobiographique qui donne un coup de fouet. Les esprits s’échauffent dans l’interprétation festive de Barefoot In Heaven de Ray Wylie Hubbard, avant que Copeland ne termine le set avec la chanson d’amour sincère Nobody But You, écrite par son célèbre père, le bluesman texan Johnny Clyde Copeland, aujourd’hui décédé.

Mme Copeland est habituée à être sous les feux de la rampe. Née et élevée à Harlem, New York, en 1979, elle est montée pour la première fois sur scène avec son célèbre père au Cotton Club de New York à l’âge de huit ans. Dès que Copeland a sorti son premier album Turn The Heat Up sur Alligator Records en 1998, à l’âge de 18 ans, elle est instantanément devenue une force du blues et du R&B avec laquelle il faut compter. Le New York Times et CNN, entre autres, ont fait l’éloge de son talent, de sa personnalité plus grande que nature, de sa voix dynamique et autoritaire et de son véritable pouvoir de star. Avec chaque nouvel album, la musique de Copeland a continué d’évoluer. Depuis ses débuts jusqu’à The Soul Truth en 2005, Shemekia a remporté huit Blues Music Awards et une multitude de Living Blues Awards. L’album Wicked, sorti en 2000, lui a valu la première de ses quatre nominations aux Grammy Awards. Après deux sorties réussies sur Telarc (dont 33 1/3, nominé aux Grammy Awards en 2012), Copeland est revenue chez Alligator Records en 2015 avec Outskirts Of Love, nominé aux Grammy Awards et récompensé par un Blues Music Award, qui mêle le blues à des sonorités plus roots et Americana. 

Avec America’s Child en 2018, Copeland, désormais mère d’un petit garçon, a chanté les bénédictions et les malédictions du monde qui l’entoure. Le magazine MOJO a désigné America’s Child comme le premier album de blues de 2018. Il a remporté le Blues Music Award et le Living Blues Award pour l’album de l’année. AllMusic a déclaré :  » Pleine d’esprit et sincère… Shemekia Copeland est l’une des meilleures chanteuses de blues contemporain, non seulement pour sa voix, mais aussi pour son courage de l’utiliser pour dire quelque chose sur la culture américaine… montrant que les bons moments et une conscience sociale peuvent coexister. « 

Outre une nomination aux Grammy Awards (sa quatrième), Uncivil War, l’album révolutionnaire que Copeland a sorti en 2020, a été désigné album de blues de l’année 2020 par les magazines DownBeat, MOJO et Living Blues. L’album, comme son prédécesseur, s’intéresse aux difficultés et au bonheur des gens, à la recherche d’un terrain d’entente, à la demande de changement et à la manière de s’amuser. « Shemekia Copeland est une centrale électrique », a déclaré Rolling Stone. « Elle ne peut pas se tromper.

Mme Copeland a donné des milliers de concerts dans des clubs, des festivals et des salles de concert du monde entier. Elle est apparue dans des films, à la télévision nationale, sur NPR, et a fait l’objet d’articles de fond dans des centaines de magazines, de journaux et de publications sur l’internet. Elle a chanté avec Bonnie Raitt, Keith Richards, Carlos Santana, Dr. John, James Cotton et bien d’autres, et a partagé l’affiche avec les Rolling Stones. En 2008, elle a diverti les troupes américaines en Irak et au Koweït, un voyage qui, dit-elle, « m’a ouvert les yeux sur le monde qui m’entoure et sur la place que j’y occupe ». En 2012, elle s’est produite avec B.B. King, Mick Jagger, Buddy Guy, Trombone Shorty, Gary Clark Jr. et d’autres à la Maison Blanche pour le président et la présidente Obama. Elle a participé à l’émission Austin City Limits de la chaîne PBS et a fait l’objet d’un reportage de six minutes dans l’émission PBS News Hour. 

Mme Copeland a fait l’objet d’un récent article dans le magazine Sunday du Washington Post et est apparue dans les émissions Weekend Edition et Here And Now de la NPR. Enfin, l’émission Jazz Night In America de la NPR a récemment diffusé un programme d’une heure mettant en scène Mme Copeland. En avril 2022, elle s’est produite dans la salle de l’Assemblée générale des Nations unies devant des millions de personnes dans le monde entier, dans le cadre des célébrations de la Journée internationale du jazz. Mme Copeland continue d’animer sa propre émission de radio quotidienne sur le blues, sur SiriusXM’s Bluesville.

Mais il n’y a pas que la presse et la radio qui chantent les louanges de Copeland. Elle est aimée par ses collègues musiciens de tous les genres et de toutes les catégories démographiques. Jeff Beck l’a qualifiée d' »incroyable ». Carlos Santana a déclaré : « Elle est incandescente… un diamant. » Bonnie Raitt a déclaré à la BBC : « Shemekia m’épate toujours. » Le regretté John Prine a déclaré : « Elle ne ressemble à personne d’autre. » Mary Gauthier a déclaré : « Shemekia est l’une des plus grandes chanteuses de notre époque. Sa voix est tout simplement magique. 

En ce qui concerne l’évolution continue de sa musique, Copeland est très claire. « Après la naissance de mon fils, dit-elle, je me suis encore plus engagée à rendre le monde meilleur. Sur America’s Child, Uncivil War et maintenant Done Come Too Far, j’ai essayé de remettre le mot « United » dans United States. Les amis, la famille et la maison, ces choses auxquelles nous tenons tous ».

Avec Done Come Too Far, Copeland frappe plus fort que jamais avec des chansons musicalement et lyriquement aventureuses et des performances époustouflantes qui sont à la fois actuelles et intemporelles. Howard Reich, le célèbre critique de jazz du Chicago Tribune, a déclaré : « Shemekia Copeland est la plus grande chanteuse de blues actuelle. Elle fait avancer le genre en affrontant le racisme, la haine, la xénophobie et d’autres périls de notre époque. Quel que soit le sujet abordé, la majesté de l’instrument de Copeland et la férocité de sa voix ne trompent pas. Copeland réaffirme la pertinence du blues ».

« Shemekia Copeland est la plus grande chanteuse de blues de sa génération ». -The Washington Post

 

« Shemekia Copeland s’est imposée comme l’une des principales artistes de blues de notre époque. » -NPR Music

 

« Shemekia Copeland fournit une bande-son pour l’Amérique contemporaine… puissante, féroce, lucide et pleine d’espoir… Elle maîtrise tellement sa voix qu’elle peut hurler contre les injustices avant d’apaiser avec un espoir aimant. On en a des frissons dans le dos ». -Living Blues

 

« Shemekia Copeland est un antidote à l’artifice. C’est une présence imposante, une chanteuse puissante qui délivre la vérité ». -The Philadelphia Inquirer

 

« Je suis si heureuse que Shemekia livre ces chansons que le monde a besoin d’entendre. Sa voix est forte et pleine d’âme, et son message vient du cœur. » -Mavis Staples